Lois et Réglementations

21 articles

Pétition contre l’interdiction du vapotage à Maurice

Lois et Réglementations

Les vapoteurs de l’île Maurice sont dans l’expectative après les déclarations alarmantes du ministre de la santé Anwar Husnoo sur son intention d’interdire la cigarette électronique dans le territoire. Après cette décision qui tend sérieusement vers l’exécution, les pros vapes et les diverses associations se sont ménagés pour constituer un bloc et une pétition pour conserver leur droit de vapoter.

Depuis le 31 mai, le ministère de la santé a réitéré les amendements votés en 2008 concernant la réglementation de la cigarette électronique. Le vapotage, estimé dangereux pour la santé par l’OMS, a impacté sur la décision des Public Health d’interdire la vente de la vapoteuse à l’île Maurice. Vapoter reste ainsi légal, toutefois l’importation et la vente sont formellement interdites.

Ce qui est douteux, c’est la prise de position subite du ministère de la santé, qui semble réveiller le texte pour étendre son exécution vers la prohibition. Si l’OMS insiste sur la présence de substance cancérigène (formaldéhydes et compagnie) dans l’e-liquide et les vapoteuses, les institutions responsables ne laissent aucune chance aux contre-expertises qui ont largement prouvé le contraire (les études du Dr K Farsalinos sur la nocivité du formaldéhyde).

Au final, l’interprétation la plus proche relève de l’action d’un lobby anti-vape qui tente de gagner du terrain par appui sur les déclarations de l’OMS. Dans le cas où cette interdiction de vapoter serait effective, la réglementation du vapotage à Maurice empêchera toute activité de vapotage et de sevrage par voie d’e-liquide, ce qui constitue une grosse perte vu l’efficacité de l’accessoire, qui est moins dangereux que le tabac, moins cher que le tabac et bien plus apte à redresser la santé publique que n’importe quel autre substitut tabac (patch, pilules, etc).

L’état des lieux de la réglementation e-cig à l’île Maurice

Comme en Europe, l’île Maurice ouvre l’œil sur le potentiel sanitaire de la cigarette électronique depuis sa démocratisation dans le monde. Parallèlement aux TPD, le pays a adopté une réglementation spécifique régissant l’usage de la vape et de ses accessoires. En 2008, cette loi appelée Public Health a souligné un thème particulier concernant l’interdiction de vendre en boutique ou en ligne (facebook, sites de ventes) tout ce qui est en rapport avec l’appareil. Cette réglementation interdit formellement l’achat et non la pratique de la vape. Pourtant, après quelques années, le ministre de la santé a remis la question d’interdiction sur le tapis en tentant cette fois d’étendre la prohibition sur l’utilisation de la vapoteuse, comme quoi, des peines et amendes seront appliquées aux vapoteurs.

A partir de cette donnée, un mauricien, un touriste ou un simple visiteur devra faire une croix sur l’e-cig dès qu’il entre dans le territoire de l’île Maurice. Ces derniers devront chercher d’autres produits pour subvenir à leur besoin en tabac, ce qui n’est pas très prometteur vu les statistiques de réussite de la cigarette électronique en tant qu’outil de sevrage.

Les pétitions émergent de la part des vapoteurs

Bien évidemment, les vapoteurs présents à l’ile Maurice ont réagi rapidement pour dissuader les institutions de cette prise de position. La Mauritius Vape Community, une association de vapoteur, a pris l’initiative de lancer une pétition sous le slogan « stop vape ban ». Cette organisation renie l’intention du gouvernement tout en prônant les bienfaits que la vape apporte aux fumeurs.

Un responsable du mouvement a affirmé que l’e-cig est une alternative efficace contre le tabac avec 95% de risque en moins par rapport à la cigarette. D’autres questions sociales et économiques et sociales ont été évoquées concernant le tourisme ou la santé publique, actuellement la pétition vape compte plus de 200 signatures.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *