Lois et Réglementations

21 articles

Les e-liquides sans nicotine interdits en Grèce

Lois et Réglementations

Le gouvernement Grec vient de publier une nouvelle prise de position inattendue sur la cigarette électronique. Il a formellement interdit la vente de e-liquide sans nicotine dans tout le territoire pour des raisons pas très « orthodoxes » pour le moins qu’on puisse dire. Effectivement, si les TPD (Règlements sur les Produits du Tabacs) ont été institués pour limiter les risques de surdose de tabac, la Grèce a trouvé que ces dispositifs ne sont pas assez protecteurs pour le vapoteur. Lobby anti vape ou erreur d’interprétation ? Voici les explications qui suivent cette décision radicale.

Le gouvernement Grec et la question du tabac

La directive européenne sur la réglementation ecig a été claire sur la question du tabac. Selon elle, l’arôme liquide doit être limité à une certaine dose pour empêcher les abus des fabricants. C’est surtout autour de la question nicotinique que le débat a été posé, d’ailleurs les flacons ont été limités à 10 ml pour un ratio de 20 mg par ml au maximum, suivi d’une réglementation sur les principes marketing (interdiction de faire de la publicité classique sur les médias, contrôle des ventes, etc.). Clairement, l’objectif de la directive se basait sur la lutte contre le tabagisme, ce qui est rejoint le but de l’e-cig.

Pour la Grèce, ce n’est ni la nicotine, ni le tabac qui dérange mais la vape dans son essence. En réalité, la bienveillance des TPD concerne surtout la protection des vapoteurs en les éloignant progressivement de la dépendance à la nicotine. A moins que les institutions Grecques ne soient des sadiques en obligeant la population à vapoter de la nicotine, on peut déduire facilement que la vape n’est pas la bienvenue.

La loi vape Grèce, retient donc les principes de la TPD tout en limitant les ventes aux e-liquides nicotinés (de 3 à 20 mg). L’explication reçue de la part des responsables a été moins convaincante lorsque ces derniers ont évoqués leurs désirs d’interdire particulièrement les DIY qui ne sont pas concernés par la directive.

Conséquences néfastes de cette nouvelle interdiction

Instaurer une directive supplémentaire aux TPD ne relève aucunement d’une mauvaise foi de la part du gouvernement Grec. Cependant, la mise en œuvre d’une interdiction e-liquide sans nicotine rouvre la porte à la cigarette et au tabac brut. Par conséquent, un vapoteur expérimenté ne pourra plus tester des e-liquides fruités, des e-liquides gourmands ou même un e-liquide tabac sans ingérer de la nicotine que ce soit par l’intermédiaire d’un arôme liquide pour DIY ou par achat direct d’un e-liquide. Le risque de rechute vers la dépendance est ainsi très grand tandis que l’objet même du vapotage est biaisé.

A force de limiter l’accessibilité des vapoteurs et des fumeurs aux e-liquides, les e-liquides interdits finiront par engager les utilisateurs d’e-cig dans la voie du tabagisme précaire. A cet effet, le docteur Farsalinos, fervent grec , défenseur de la vape crie au scandale sur cette nouvelle réglementation qu’il considère comme une menace pour les vapoteurs aguerris n’ayant plus aucun attrait pour la nicotine, pourtant forcés d’en prendre. Il explique dans un communiqué que la lutte contre le tabac doit être menée avec la vape et non le contraire, pointant du doigt la pertinence voire la légitimité de cette décision.

Concernant les DIY, le vapoteur sera contraint de consommer des produits finis, des vapes nicotinées. L’interprétation de la nouvelle réglementation prohibe l’achat des ingrédients nécessaires à la préparation d’un e-liquide à savoir : le PG, le VG, et autres arômes, mais comment le gouvernement compte-t-il contrôler tout cela ?

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *