Lois et Réglementations

19 articles

Le nombre de fumeurs en France a baissé d’un million

Lois et Réglementations

Entre 2016 et 2017, il y a un million de fumeurs en moins en France ! Ce n’est pas un miracle, c’est le fruit d’une lutte acharnée menée par le gouvernement et les institutions responsables de la santé publique depuis une bonne décennie.

Effectivement, la politique sanitaire française s’est focalisée sur la manière de détourner les fumeurs de leurs besoins quotidiens en tabac. Cette action cerne non seulement le cadre réglementaire (sur les lois interdisant la cigarette dans les endroits publics et les espaces clos) mais également sur le plan social (sensibilisation, mise en œuvre des paquets neutres, journée mondiale sans tabac, etc.)

La baisse chronique du tabagisme a commencé depuis les années 2000 mais en 2017, un nouveau record a été enregistré avec une baisse de 29,4 % à 26,9% calculé à 1 million de fumeurs. Cette grande masse est départagée en tout point et à toutes les catégories que ce soit pour les jeunes (cible favorite du tabac), les adultes, les hommes ou les femmes. Dans le même registre, cette baisse ne touche ni l’activité professionnelle ni la situation sociale. Le chiffre extraordinaire recueilli par le baromètre de la santé publique cerne tous les fumeurs quotidiens sans exception.

Les responsables de la baisse

La répartition du tabagisme est particulièrement axée vers les cigarettes bien que d’autres produits sont des sources conséquentes à ne pas minimiser. Pour ce faire, les gouvernements qui se sont succédés après 2012, ont fait le pas vers la sensibilisation active et passive pour avoir un maximum de rendu.
En janvier 2017, le gouvernement Hollande a instauré le régime des paquets neutres qui détournent l’aspect marketing des cigarettes (qui pèsent beaucoup sur la consommation) tout en affichant un message explicite sur les cartons et les paquets. Grâce à cette perspective osée, une bonne partie des buralistes se sont confrontés à une baisse des ventes, surtout à l’égard des jeunes fumeurs. C’est une technique qui n’est pas inhérente à la France mais relève d’une efficacité redoutable. En Australie, les paquets neutres ont fait baisser la consommation de cigarettes à 3 %.
Après l’ère Hollande, l’équipe menée par Emmanuel Macron n’a pas lâché l’affaire sur les objectifs de réduction avec Agnès Buzyn, reconnue comme la ministre de la santé publique, qui fait une affaire personnelle contre le tabac. Son prédécesseur s’est occupé des idées de base concernant les mois sans tabac et la baisse du coût des substituts nicotiniques, mais il faut dire que l’exécution technique ne relève pas du même état d’esprit. La ministre s’engage plus profondément vers l’action de limitation avec une stratégie active (hausse du prix des paquets jusqu’à 8 euros en 2018, remboursement des substituts nicotiniques à la manière des médicaments) sans pour autant limiter les fumeurs à exercer leurs droits.

Aujourd’hui, le dispositif est en plein action, d’ailleurs le gouvernement projette un plan qui vise à rehausser sensiblement le prix des cigarettes jusqu’à 10 euros en 2020 afin de décourager les fumeurs, à défaut de sevrer le tabac. Par ailleurs, d’autres solutions sont avancées à l’image de la promotion des e-cigarettes et des e-liquides qui ont les mêmes propriétés, mais s’avèrent plus saines pour l’organisme. Actuellement, la France renferme plusieurs millions de vapoteurs dont 80 % sont passés de la cigarette à l’e-cig avec une facilité déconcertante. Bien que cette réussite n’ait pas été enregistrée dans les statistiques du tabagisme français, on peut croire qu’il en sera autrement durant les mois qui viennent.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *